Origine et signification de la poupée daruma

Même ceux qui ne sont pas particulièrement familiers avec la culture japonaise en ont probablement entendu parler : la poupée daruma est présente dans les photographies et les récits de voyage, ainsi que dans les cadeaux. Comme une sorte d’hymne à la persévérance, ils se sont en effet répandus dans le monde entier.

Voyons leur origine et leur signification dans cet article !

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une poupée daruma ?

Un daruma (ou dharma) est une sorte de statuette votive, souvent appelée poupée, qui est un symbole de positivité depuis des temps immémoriaux.

Ils sont de toutes formes, tailles et couleurs, mais ont tendance à être rouges et en papier mâché. L’intérieur de la poupée est creux. Ils sont généralement fabriqués de manière à pouvoir tenir debout tout seuls, même s’ils sont poussés sur le côté, et représentent un personnage rond et barbu, le moine Bodhidharma, dont nous parlerons bientôt.

Les yeux de la statuette ne sont pas peints comme le reste du corps mais laissés blancs.

Il appartiendra au propriétaire de choisir l’objectif à atteindre, de dessiner le premier œil, puis, une fois l’objectif atteint, de dessiner le second.

Cela explique pourquoi ils sont des objets si désirables !

En dehors de cela, les darumas ont aussi une histoire et une signification très riches, et nous allons essayer de les raconter ici dans l’article.
Sur le corps de la statuette est inscrit : 福入 (fukuiri), ce qui signifie « que la chance vienne ! ».

L’origine de la poupée : qui est Bodhidharma ?

Figure légendaire, Bodhidharma (ou Daruma en japonais) était un moine qui a vécu entre le Ve et le VIe siècle et est considéré comme le père du bouddhisme zen en Chine.

On ne sait pas grand-chose de lui, de son âge ou même de son origine. Peut-être d’Asie centrale, peut-être d’Inde du Sud.

Son nom en sanskrit signifie « éveil du dharma », où dharma, en bref, désigne un concept commun à plusieurs philosophies et religions, notamment le bouddhisme, l’hindouisme, le jaïnisme et le sikhisme. Il n’y a pas de correspondant dans la langue italienne et le sens prend des nuances différentes selon la religion. Il est généralement traduit par « devoir » ou « loi cosmique ». Nous en parlerons peut-être dans un prochain article.

La première biographie de Bodhidharma a été écrite un siècle après sa mort, par un moine chinois, Daoxuan.

Sa légende s’est développée au fil des ans et s’est répandue dans toute l’Asie, pour finalement atteindre le Japon. On dit qu’il a aidé les maîtres de l’époque dans leurs pratiques de méditation et qu’il est le 28e patriarche de l’Inde, un descendant de Bouddha.

Rencontre avec l’empereur chinois Wudi

Parmi les récits qui lui sont consacrés, il y a celui de la rencontre du moine avec l’empereur chinois Wudi de la dynastie Liang.

On raconte que l’empereur lui a demandé combien de mérites il avait accumulés au fil des ans pour avoir construit d’innombrables temples et monastères, et que le moine lui a répondu quelque chose qui l’a beaucoup étonné. Selon la légende, il lui a dit que le travail effectué en pensant à une récompense l’aiderait dans le processus de réincarnation. Elle ne lui permettrait cependant jamais d’atteindre l’illumination.

La représentation de Bodhidharma dans l’art

Les récits folkloriques suggèrent que Bodhidharma a passé neuf ans dans une grotte à méditer après la rencontre et que ses membres se sont complètement atrophiés. C’est pourquoi on dit que la poupée du Dharma est représentée sans bras ni jambes.

On dit aussi que pendant sa longue méditation, agacé par le fait qu’il s’endormait souvent, il s’est coupé les paupières. Cela expliquerait pourquoi il est souvent représenté avec un air vaguement halluciné.

poupee-daruma-signification

La tradition complète de la poupée daruma : le Shorinzan Daruma-ji

Il y a quelques lignes, nous avons mentionné que le propriétaire d’une poupée daruma peut faire un vœu ou penser à un objectif qu’il veut atteindre, puis peindre un œil. Ce n’est que lorsque le souhait ou le but a été réalisé que le deuxième œil peut être peint.

En réalité, cependant, le processus n’est pas encore terminé.

Selon la tradition, à la fin de l’année, les gens apportent leur poupée daruma, décorée des deux yeux, dans un temple : le Shorinzan Daruma-ji, situé dans la préfecture de Gunma, au nord-ouest de Tokyo (attention à ne pas le confondre avec le Daruma-ji situé juste à la sortie de Nara et datant de 613, à l’époque de la reine Suiko et du prince Shōtoku).

Lisez ici pourquoi la reine Suiko est si importante pour l’histoire du Japon.

Le Shorinzan Daruma-ji (少林山達磨寺) est un petit temple situé au sommet d’une colline à la périphérie de Takasaki.

Ici, il y a des centaines d’années, le fondateur du temple a fait peindre des images de Bodhidharma pour les donner aux paysans comme amulettes. Quelque temps plus tard, pendant la famine de la fin du XVIIIe siècle, un des prêtres du temple a construit une effigie en bois à l’image des images qui avaient été peintes des siècles auparavant, et il semble que la tradition ait commencé à cette époque.

Aujourd’hui, le temple est reconnu comme le lieu d’origine de chaque poupée Daruma et, en fait, environ 80 % de celles vendues au Japon sont produites ici.

Mais il ne s’agit pas seulement du lieu d’origine ! Le temple est également le lieu où, selon la tradition, à la fin de l’année, les figurines sont ramenées pour être brûlées (ce n’est pas le seul temple où l’on peut apporter ses darumas, bien que ce soit le plus célèbre).

Ensuite, entre le 6 et le 7 janvier, se tient le festival du marché des darumas Shorinzan Nanakusa Taisai, au cours duquel on peut acheter des darumas pour l’année en cours.

Il y a d’innombrables darumas de différentes tailles et couleurs dans le temple, chacun représentant quelque chose de différent. Comme nous l’avons mentionné, le rouge est la couleur la plus courante, qui porte bonheur.

À côté du temple, il y a aussi un petit musée où sont exposés les darumas les plus insolites.

La signification des couleurs de la poupée daruma

L’origine des couleurs utilisées pour les poupées daruma n’est pas bien connue. On pense qu’il dérive des couleurs des robes des prêtres, mais ce n’est pas certain.

Le rouge, la couleur la plus utilisée, représente la chance.
Le violet représente la santé et la longévité.
Le jaune représente la sécurité et la protection.
Le blanc représente l’amour et l’harmonie.
Voyons maintenant comment utiliser exactement la daruma.

Toutes les étapes que vous devez suivre pour atteindre votre objectif

Les daruma aident le propriétaire à réaliser son souhait ou son objectif.

C’est pourquoi ils sont considérés comme un symbole de persévérance et de ténacité.

Voici comment en faire le meilleur usage :

  • Décidez de votre objectif et choisissez la couleur daruma appropriée.
  • Dessinez l’œil gauche à l’encre noire. L’œil représentera le dévouement à la réalisation de votre objectif. S’il s’agit d’un souhait fort, vous pouvez écrire votre souhait à l’intérieur du cœur dessiné au dos.
  • Placez la daruma dans un endroit bien visible. Le but est de ne jamais perdre de vue votre objectif.
  • Une fois que vous avez atteint votre objectif, dessinez votre œil droit en guise de remerciement.
  • Écrivez au dos de la daruma ce que vous avez réalisé (si vous ne l’avez pas déjà fait).

Vous êtes maintenant prêt pour le prochain objectif et donc… le prochain daruma !

poupee-daruma-signification

Poupées Okiagari-koboshi et daruma

De nombreux darumas sont également des okiagari-koboshi (起き上がりこぼし).

Qu’est-ce que c’est ? Il s’agit de poupées, également en papier mâché, qui sont fabriquées de telle sorte qu’elles peuvent se relever lorsqu’on les pousse.

Une fois ! Deux fois !
Toujours la daruma vêtue de rouge
Il retourne négligemment à son siège.

Cette chanson était chantée par les enfants au 17ème siècle et décrit très bien le mouvement de l’okiagari-koboshi.

Grâce à cette propriété, les darumas sont considérés comme un excellent symbole de persévérance.

La critique actuelle des darumas

Les darumas sont devenus extrêmement populaires parmi les Japonais, mais certainement pas seulement.

Ils ont inspiré des jeux pour enfants mais aussi des anime, comme Pokemon, ou des mangas.

D’ailleurs…
« Snowman » est le mot japonais pour… ? Vous trouverez une surprise ici !

Aujourd’hui, cependant, nous dirions qu’ils ne sont pas des objets inclusifs.

Dès les années 1990, des personnes ont commencé à affirmer que les poupées sans yeux n’étaient pas inclusives pour les personnes aveugles. La question n’a jamais été discutée en profondeur, mais il y a eu quelques changements.

À une époque, à la fin d’une élection générale, les gagnants dessinaient un œil sur une poupée daruma. Aujourd’hui, cette pratique n’est plus suivie (ou, du moins, n’est plus montrée à la télévision).